Sculpture -  «Piège ér(…) Sculpture -  «Piège ér(…) Sculpture -  «Piège ér(…)
Sculpture -  «Piège ér(…) Sculpture -  «Piège ér(…) Sculpture -  «Piège ér(…)
Sculpture -  «Piège ér(…) Sculpture -  «Piège ér(…) Sculpture -  «Piège ér(…)
Sculpture -  «Piège ér(…)
Les pièces ont l'échelle d'une idée. La matière herbe devient un matériau de construction, provenant de l'inspiration du nid.

L'herbe devient un tube, un conduit, une veine, un capteur, une terminaison nerveuse. Je suis comme un chirurgien, créant un organisme, une idée, un fantasme : «la peur d'être attrapé est devenu le désir d'attraper l'autre». L'objet fait référence au dessin, à l'épure et à l'image virtuelle. Ce fantasme demande un objet réel.

La fonction de piège est utopique car même un insecte mettrait l'objet en péril. Ses formes sont accrochées d'une manière à faire référence au corps. L'inscription physique du regardeur face à la pièce est quasi confidentielle, comme un confessionnal, en toute intimité.

10 pièces